Environnement

Le projet Onimiki est porté par la communauté du Témiscamingue et les Premières Nations de Kebaowek et Wolf Lake. Il respecte les critères les plus élevés en matière d’environnement et d’acceptabilité sociale.

Selon l’évaluation préliminaire des impacts environnementaux et sociaux réalisée par l’Organisme du bassin versant du Témiscamingue (OBVT), on estime que le projet Onimiki :

  • aura peu d’impact sur l’environnement;
  • émettra peu de gaz à effet de serre;
  • risque peu d’avoir des effets sur la recharge en eau souterraine.

Le projet Onimiki est une microcentrale hydroélectrique. Il aura donc peu d’impacts sur l’environnement actuel.MCH = capacité inférieure à 50 MW

Onimiki sera aussi une centrale dite « au fil de l’eau » parce qu’il n’implique aucune modification de la capacité et des niveaux actuels du lac Kipawa et des autres lacs et rivières impactés.CFE = exploite l’énergie d’un cours d’eau existant avec peu ou aucune réserve d’eau

À mesure que des étapes additionnelles seront franchies dans le projet, des études plus poussées seront réalisées afin de confirmer l’impact minimal que l’on anticipe dans l’étude préliminaire menée par l’OBVT.

Ruisseau Gordon

La nature du lit du ruisseau Gordon est stable et les débits d’eau auxquels il a été soumis ont déjà été plus importants que ce qui est prévu dans le projet Onimiki.

Le potentiel hydroélectrique sur le ruisseau Gordon a déjà été exploité dans le passé. La production y a cessé après la nationalisation de l’électricité au Québec mais le potentiel hydroélectrique y existe toujours.

Le brassage d’un plus grand volume d’eau dans ce secteur permet d’anticiper une plus grande oxygénation de l’eau. L’OBVT prévoit que l’augmentation des débits au ruisseau Gordon amènera un volume plus important en nutriments mais que la concentration en nutriments dans l’eau ne sera pas modifiée.

Lac Kipawa

Depuis 2013, une entente existe avec le CEHQ (Centre d’expertise hydrique du Québec) pour abaisser de 40 cm le niveau normal du lac Kipawa pendant la période de fraie du touladi.

Cette entente vise à favoriser la survie des œufs lors du marnage hivernal. L’abaissement du niveau de l’eau se fait de façon graduelle du 1er septembre jusqu’au 20 octobre de chaque année.

Lac Témiscamingue

Au Lac Témiscamingue, plusieurs frayères ont été repérées par le MRNF à proximité, mais une seule frayère à doré jaune se retrouve près de l’embouchure de la rivière Kipawa.

Le succès de reproduction du doré jaune y est très variable d’une année à l’autre. Cette variation serait surtout liée aux facteurs climatiques qui influencent le taux d’éclosion des œufs, à l’abondance du zooplancton et à l’abondance des proies disponibles au cours du premier hiver.